Centre Français de la couleurenglish

 

 

 

 

 

 

Présentation

    • Le Centre français de la Couleur a été créé en 1976 (voir historique plus bas).

    • II est depuis le représentant français de l’Association internationale de la Couleur (AIC) regroupant 38 organismes nationaux.

L'esprit

    • Le Centre Français de la Couleur est avant tout un espace d'échange. II pratique une politique d'ouverture et de dialogue tant au plan national qu’international. Par conséquent, il a pour vocation :

      • de faciliter la concertation et de créer d'authentiques coopérations en établissant des liens entre les acteurs venant de tous les horizons (associations, sociétés, institutions, collectivités locales...) impliqués dans l’élaboration d'une culture de la couleur.

      • de favoriser une réflexion interdisciplinaire et interculturelle sur la couleur.

Les missions

    • Le Centre remplit une double mission : la communication et, en direction de la profession, la promotion d'actions de recherche et de formation.

La communication

    • L’information et la communication : Le Centre met à disposition de ses adhérents des espaces de communication (site Internet, revues, séminaires, colloques...).
       

    • La documentation : Le Centre a également pour souci de diffuser des connaissances relatives à la couleur. Chaque membre du CFC a accès au fonds documentaire du Centre, aux revues qu'il a publiées depuis sa création (comme Primaires), aux lettres d'informations périodiques , aux actes de colloques et de congrès ainsi qu’à une base de données (en cours de réalisation). Le CFC est coéditeur de la revue internationale Color Research and Application.
       

    • Les membres du Centre participent aux échanges nationaux et internationaux relatifs à la culture de la couleur.

La promotion d'actions

    • La recherche : II s'agit de fédérer les efforts de recherches anthropologiques et épistémologiques sur la couleur et de favoriser les liens entre les laboratoires de recherche et les secteurs d'application.
       

    • La formation : Le Centre fait connaître les formations existantes et précise leurs champs de compétences. II apporte son concours à des journées d’études et de formations théoriques.
       

    • La profession : Soucieux de prendre en compte la vie économique et professionnelle, par l’intermédiaire de certains de ces membres ou d'associations amies, le Centre est à même de susciter des solutions auprès des professionnels, de proposer des mesures simples et concrètes pour faire avancer des projets innovants, de préciser les aspects juridiques des activités liées à la couleur, de repérer les emplois émergents et de les faire connaître...

Le public

    • Artisans, artistes, chercheurs, enseignants, médiateurs, membres d'institutions, de collectivités, de sociétés ou d'agences, le centre est ouvert à tous les acteurs de la culture de la couleur.

 

Historique

Le Centre Français de la Couleur fut officiellement créé en mars 1976, mais on peut considérer qu'il a puisé ses racines dans l'Association Française de Colorimétrie quand celle-ci démarra en 1956 au sein du Centre d'Information de la Couleur déjà présidé par le Professeur Yves Legrand. Parmi les raisons de créer un tel organisme on peut citer quelques besoins fondamentaux clairement vus par l'équipe de démarrage :

1. Créer des relations entre la science des couleurs et les usagers de la couleur

2. Etablir des ponts entre le monde de la couleur vue par les créateurs et les usagers et le monde de la couleur dans les sciences et l'industrie

Les dix premières années du Centre Français de la Couleur ont été considérablement modelées par son président le Dr François Parra, qui était sous-directeur du Laboratoire de Physique au Museum d'Histoire Naturelle à Paris. Il attira un grand nombre de personnalités françaises notamment du monde de la recherche, de l'industrie, de l'enseignement, de la psychologie, etc. Plusieurs manifestations furent organisées et particulièrement en avril 1984 une réunion pluridisciplinaire extrêmement intéressante. Cette période eut son point culminant avec le 5ème congrès de l'AIC tenu à Monte-Carlo en juin 1985 et organisé, comme chacun sait, par le Centre Français de la Couleur. Après la mort de François Parra en juin 1985 le Centre Français de la Couleur entra dans une période difficile due à un grand nombre de problèmes sérieux qui durent être résolus en même temps. Par exemple le Centre perdit le mécénat qui lui avait donné les moyens financiers pour publier son journal, il fut aussi obligé de quitter les locaux du Museum.

Les objectifs du Centre Français de la Couleur sont restés tels, mais pour la période actuelle on ne voit pas la possibilité de développer dans un avenir prévisible un laboratoire possédant un équipement de mesure. Après quelque temps de réorganisation le Centre a repris progressivement son activité. L'une des actions les plus importantes du Centre est liée à la formation en matière de couleur. Cela se réalise plus particulièrement pour l'industrie sous forme de séminaires de quatre jours à l'intention de techniciens et d'ingénieurs. Le Centre participe également à des activités similaires mises en place par d'autres organisations. Parallèlement à cette action le Centre développe une réflexion sur le contenu de tels séminaires, ainsi que sur la meilleure pédagogie dans le domaine de la formation à la couleur. Dans cette formation nous insistons beaucoup sur la liaison qui existe entre aspects physiques, aspects physiologiques et aspects perceptifs. Nous pensons aussi que les problèmes de couleur et de communication doivent être aussi abordés avec soin, même en milieu industriel. Le Centre commence aussi à orienter des séminaires de formation vers les problèmes de communication, de marketing, d'emballages, etc. Par ailleurs le Centre organise un certain nombre de réunions seul, ou en coopération avec d'autres organisations. Par exemple sur les problèmes de couleur et de mesure dans les industries agro-alimentaires, sur les questions de couleur et de communication dans les emballages, sur les problèmes de couleur et d'ethnologie à propos desquels le Centre a contribué à une exposition au Musée des Arts et Traditions Populaires à Paris sur les métiers de la couleur au début de ce siècle.

Le Centre est attentif à décentraliser ses actions, d'une part en favorisant le développement d'initiatives locales aussi variées que possible, et d'autre part en préparant des interventions et des conférences dans plusieurs villes de France ou en rédigeant des articles pour des revues techniques largement diffusées. Parmi ces actions on peut citer à nouveau les sujets de formation à la couleur, de mesure de la couleur dans l'industrie, de couleur et de communication, de couleur et marketing, mais aussi des expositions sur la couleur et des rencontres sur couleur et architecture dans les cinémas, sur science et couleur, et enfin sur des sujets plus particuliers comme ceux de couleur du vin, de couleur dans les bandes dessinées, etc.

Le Centre ne publie plus la revue « Couleur », mais fait paraître régulièrement pour ses membres de courts documents nommés « Primaires &raquo et « Complémentaires &raquo qui donnent une revue de presse sur les événements couleur et des informations plus complètes relatant des travaux sur la couleur. Ces publications d'une nature tout à fait originale intéressent beaucoup de membres. Dans le domaine de ses publications le Centre cherche à publier chaque année un document important. Il a publié ainsi en 1988, une bibliographie classée des publications faites de 1983 à 1987, sur tous les aspects de la couleur, par des auteurs français (400 références).

Pour achever cette brève présentation du Centre Français de la Couleur précisons qu'en accord avec la législation française le Centre est une association selon la loi de 1901, dont le Dr Robert Sève est actuellement le Président élu. Enfin le Centre est le membre français de l'Association Internationale de la Couleur (AIC).

Robert Sève – Octobre 1989